Qui ne connaît pas le mythique disco-funk Bad Girls de Donna Summer ?

Tandis que les détracteurs ont toujours accusé Jay Kay et sa bande d’effectuer du mauvais plagiat de Stevie Wonder, ma génération toute entière a été élevée et a bougé sur Virtual Insanity, sur Love Foolosophy, sur Canned Heat, sur Alright, et on ne s’en tiendra qu’à ceux là pour ne pas avoir à écrire une liste exhaustive d’une trentaine de lignes sur le nombre de tubes que Jamiroquai nous a envoyés en pleine face.

Pour qui aime ce groupe de barjos, le live donné à Vérone en 2002 et sa pluie épique resteront sans doute la meilleure performance du collectif à la cocotte dorée. La setlist déjà impressionnante se voit dotée d’une petite surprise en plein milieu de concert de 10’21 qui n’est autre qu’une cover flamboyante du tube de Donna Summer. Je vous mets au défi de ne pas bouger les hanches et taper du pied sur cette reprise à la tonalité infiniment plus groove, où les musicos se tirent la bourre pour égaler l’unité suave des choristes, et où Jay Kay prouve une fois de plus que vocalement, il reste le papa en toutes circonstances.

Merci Jamiroquai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s