Un billet de train en partance de Florence coûte 27 euros aller-retour pour t’envoyer directement dans un coin de paradis, et ce paradis se nomme Riomaggiore. Plus exactement, Riomaggiore est le premier village d’une bande appartenant à la Ligurie : les Cinque Terre.

S’étendant pratiquement de Gênes à Pise, les Cinque Terre ont fait rêver des générations entières de voyageurs, de randonneurs, de romantiques, de photographes et de poètes.

Rien que la portion de train qui t’emmène de La Spezia à Riomaggiore te mettra dans le bain direct : mer à perte de vue, bleu, bleu clair, bleu profond et toute sa gamme de dégradés. Tu sais à peu près que tu vas en prendre plein la gueule rien que sur une couleur, et je peux te dire que t’es carrément loin du compte. Parce qu’à défaut d’en prendre plein la gueule dans l’immédiat, tu comprends, en descendant du train et en faisant un tour sur toi-même qu’une partie de toi va rester ici, en Ligurie.

Quand ton wagon bondé de touristes arrive enfin à quai, ne suis pas l’immense flux de masse informe qui partira par la rue centrale menant jusqu’à la rive, mais éloigne toi pour passer par les petites ruelles escarpées, admire le patchwork barriolé de maisons collées les unes sur les autres et fais durer un peu ton plaisir. Balade toi, marche lentement, arrête toi souvent et tourne la tête. Là-bas, aux Cinque Terre, tout est une histoire de délicieuse contemplation, et cette contemplation sera croissante au fur et à mesure de ton périple entre les villages qui font la notoriété de cette région. Elle n’est pas classée à l’UNESCO pour rien ma gueule !

Processed with VSCO with m4 preset

Tu arrives enfin à la rive, la mer te propose une gamme étendue de bleus. Crapahute sur la petite digue de pierres où les locaux sèchent au soleil comme des lézards, et une fois que tu auras la meilleure vue du village, tu songeras comme je l’ai fait à sérieusement consulter le cours de l’immobilier dans la région, car tu ne voudras plus jamais partir. Et tu as fait 15% du chemin, le meilleur reste à venir.

A partir de là il y a trois solutions possibles pour rejoindre le prochain village:

1/ Tu reprends le train pour rejoindre Manarola en 3 mn, la solution des (grosses) feignasses.

2/ Tu empruntes (à condition qu’elle soit ouverte) la Via dell’ Amore qui surplombe la mer et longe les falaises, trajet plat, mais tout de même très beau, tu en auras pour 30 mn si on compte les arrêts consacrés aux 360.

3/ T’es super chaud et par excès de zèle tu passes par la montagne pour avoir la meilleure vue. Le trajet est difficile, te fera facilement tétaniser des quadris et cracher tes poumons, mais je peux te promettre que tu seras récompensé, et plus que largement. Assure toi d’être blindé de bouteilles d’eau, surtout si tu y vas l’été, car le dénivelé couplé aux passages où tu devras faire un peu d’escalade, saupoudrés par un soleil qui te tabasse à 38 degrés te feront souffrir. Compte à ce moment-là une bonne heure de trajet. C’est indéniablement le meilleur, même si il est chaud.

Quelle surprise tu auras quand tu arriveras au sommet et que tu verras Manarola, le deuxième village des Cinque Terre, à tes pieds, avec pour seul horizon la côte ligure coupée au couteau qui paraît se jeter toute entière dans la mer. Savoure un peu et ne fais pas l’erreur de te reposer sur tes lauriers, car la descente est plus périlleuse que la montée.

Une fois arrivé à Manarola, prends un repas bien mérité dans un des nombreux restaurants de poissons qui bordent le littoral, et prépare toi à aller faire trempette pour te rafraîchir de cette dure épreuve. Nage un peu pour t’éloigner de la côte, admirer le village en contre-plongée et sentir la bénédiction prodiguée par la Ligurie quand tu feras la planche.

Sèche toi, il est temps de reprendre la route, prochain arrêt : Corniglia ! Le troisième né des Cinque Terre est un village directement construit sur une crête, il surplombe véritablement toute la côte, et te donnera un panorama des plus extraordinaires sur le chemin que tu as déjà parcouru, et celui qu’il te reste à faire. Même ceux qui arrivent par le train ont la mauvaise surprise de devoir se cogner 15 mn d’ascension pour pouvoir rejoindre les hauteurs, tu ne croyais quand même pas que tu allais pouvoir y monter par ascenseur ou hélitreuil ! Prends toi un verre sur l’extrémité de la crête, admire un peu le paysage, et prépare toi à la randonnée la plus longue, celle qui te mènera à Vernazza.

Le chemin est tortueux, même si cela grimpe moins sec qu’entre Riomaggiore et Manarola, et au point le plus haut, en regardant le chemin parcouru, tu auras cette superbe vue de la côte, avec Corniglia sur les hauteurs, et Manarola qui te semblera toute petite, parfaitement alignées dans les teintes de bleu et de vert. Cela légitimera ton effort et te passera un peu de baume au coeur à défaut de te refroidir les jambes, car la route est encore longue, entre zones rocheuses et boisées.

Je l’affirme ici et maintenant à travers cette chronique, Vernazza est clairement mon village préféré, car l’ambiance y est incomparable. Entre joueurs de guitare habillant les rues de mélodies d’été et groupes de jeunes se détendant smoothies à la main, tout te conduira à t’arrêter prendre un petit aperitivo au bord des zones de baignades qui se trouvent en plein milieu du pâtelin, admirer le bras de terre surplombé par une coquette tour de garde médiévale et te laisser partir dans cette atmosphère de véritable détente. Comme à Manarola, pique une tête histoire de faire le tour du village à la nage, et prépare toi à partir pour Monterosso al Mare, le dernier bébé des Cinque Terre.

Cette dernière étape te laissera un peu sur ta faim par rapport à ce que tu as vu jusqu’à présent, car Monterosso est plus célèbre pour sa bande de plage comprise entre deux falaises que pour les charmes de son architecture.  Personnellement j’ai passé un peu moins de temps à Monterosso Al-Mare pour retourner admirer la lumière déclinante sur Manarola. Question de choix, et de coup de coeur certainement.

En définitive, j’ai passé une des plus belles journées de ma vie en Ligurie, il m’est même arrivé de rire, tout seul, sur un craquage nerveux complet, tant la beauté des lieux fracasse la rétine à chaque parcelle de terrain parcourue. Je ne saurais que trop conseiller de voir ça une fois dans ta vie, c’est réellement un euphémisme de dire que la région vaut le détour.

Cinque Terre, vous me manquez, terriblement, et je vous aime.

Crédits photo © U.J

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s