Le Monarque est arrivé, et s’apprête à remettre de l’ordre dans les affaires du Royaume.

Nous ne prétendons pas tout traiter, suivre la course effrénée de l’information ni s’inscrire dans une bulle élitiste. Nous sommes là pour partager.

Le Monarque prend ses racines dans un projet vieux de dix ans, celui fomenté par des amis qui désiraient créer un média fondé sur l’hétérogénéité, la pluralité des langages et une véritable incarnation de la ligne éditoriale par ses chroniqueurs.

C’est précisément là que réside la différence : dans la pluralité. Les sujets sont mixtes, car la culture est avant tout un patchwork que nous n’abordons pas chacun de la même façon. Elle est captée et interprétée au travers d’un prisme unique. C’est l’assemblage de ces prismes, et la mosaïque qu’ils finissent par former, qui donne ses bois au Monarque.

Nous sommes issus de plusieurs générations, de plusieurs milieux sociaux et concentrons plusieurs horizons d’attente. Mais la culture, elle, nous réunit et nous unifie.